[Aller au menu]

Histoire

Avenue Pierre et Marcelle Girard

Où est située l'avenue ?

Elle part du Centre, en prolongation de la rue de la Libération, vers l’ouest, direction Cap Ferret/ Andernos (D213).

Quand l'avenue a-t-elle été dénommée ?

La délibération a été prise le 23 juin 1972, sur proposition du Maire Jack Sibard.

Qui étaient Pierre et Marcelle Girard ?

Pierre et Marcelle Girard étaient frère et soeur. Ils sont liés à l’histoire de la Résistance du Sud Ouest pendant la Seconde Guerre Mondiale.

PIERRE GIRARD, MORT POUR LA FRANCE À L’ÂGE DE 21 ANS

Né en 1920 à Saintes, Pierre Girard habitait Bordeaux et exerçait la profession d’ajusteur. Il est décédé à Souge le 24 octobre 1941, à 9h : “Mort pour la France”. Ce même jour, 50 otages furent fusillés sur le camp de Souge, par mesure de représailles suite à l’assassinat d’un officier allemand, le Commandant Reimers, le 21 octobre 1941, à Bordeaux.

DE LA RÉSISTANCE AU PELOTON D’EXÉCUTION

Durant l’occupation, Pierre Girard fit partie de l’OS, branche armée du parti communiste. Il était en contact avec les auberges de jeunesse et le groupe du docteur Auriac pour lequel il recrutait au sein de l’entreprise Atelier Industriel de l’Air (AIA) de nouveaux résistants dans le but de travailler pour le groupe Alliance jeunesse. Ils préparaient ensemble la grande manifestation du 14 juillet 1941, une première action symbolique, commune entre le réseau de la jeunesse communiste et le réseau gaulliste, ce sont ceux qu’on appellera les “communo-gaulliste”. Cette action fut avortée, suite à la dénonciation du groupe par une jeune fille infiltrée. Les membres furent arrêtés par le commissaire Poinsot, de la police française. Pierre Girard fut lui aussi arrêté en 1941, traduit devant le tribunal militaire allemand et incarcéré à la prison Boudet, rue de Pessac à Bordeaux. (Extrait de “Les fusillés de Souge : histoire et mémoire”, Marie Vergeon, mémoire de maîtrise, Bx, 2004).

Lorsqu’un officier allemand, le Commandant Reimers, fut abattu le 21 octobre 1941 sur les Boulevards par un Résistant, les autorités allemandes décidèrent de fusiller, à titre de représailles, 50 otages désignés.

Ils ont été choisis parmi les prisonniers sur une liste, dressée à partir du fichier de la préfecture, annotée par le commissaire Poinsot et fournie par les autorités françaises aux Allemands. Ce sont Ernst, conseiller de la Feldkommandatur et le capitaine SS Hagen qui ont fait le choix des fusillés. Pierre Girard était le numéro 40 de la liste générale, son frère le 41. Le peloton d’exécution était constitué et dirigé par les forces nazies. Le prêtre de la paroisse était présent au moment de l’exécution et a laissé le témoignage oral de ce moment terrible. (Extrait “Hommage aux fusillés de la région bordelaise 1940-1941”, par le comité du souvenir des fusillés de Souge).

 MARCELLE GIRARD, DÉPORTÉE PUIS DISPARUE DANS LES CAMPS.

La raison de l’arrestation de Marcelle Girard nous est inconnue à ce jour. Marcelle Girard, née le 18 mai 1919 à Saintes, fut déportée en avril 1942. Après un long parcours en Allemagne, elle a séjourné dans plusieurs centres de détentions pour femmes, avant d’être enfermée à Ravensbrück, puis à Mathausen, et enfin arrivée à Bergen Belsen le 10 mars 1945. Elle y décède le 31 mars 1945.

Malheureusement il ne reste plus aucun document la concernant dans ce dernier site, les registres ayant été détruits peu avant la libération du camp. Les conditions de vie y étant particulièrement difficiles, le manque d’eau, la maladie, comme le typhus, ou la malnutrition ont eu raison de beaucoup de prisonniers. Il est possible que son corps soit enterré dans l’une des fosses communes. (Ces informations ont été rassemblées grâce à l’aide du centre d’information de Bergen Belsen et de la base de données de la “Fondation pour la mémoire de la déportation”).

Source : Marie-Thérèse Sénac, attachée de conservation du patrimoine. Archives communales • Tél 05 57 97 00 48 • mt.senac@ville-martignas.fr • Les photos des trois jeunes se trouvent sur le site www.ffi33.orgwww.ffi33.org/Biographies/girard.htm

Haut de page